Qui n'a jamais participé à la kermesse de son école? Quelle mère n'a jamais préparé à cette occasion un délicieux gâteau? C'est souvent l'occasion pour les enfants de faire valoir les talents de leur maman et pour les mères d'échanger leurs recettes...

C'est ce qui nous reste de la kermesse paroissiale traditionnelle. En effet, le terme même vient de "kirk" et "misse" qui signifient respectivement église et messe en flamand.
Il s'agissait donc à l'origine d'une fête organisée par l'église du village dans les pays du nord et du nord-Est de l'Europe. On les désigne toujours ainsi en Belgique, au Luxembourg et dans le Nord de la France notamment.

Rien d'étonnant alors à ce que ce gâteau nous viennent de cette région. Rien d'étonnant non plus à ce qu'il soit délicatement parfumé de cannelle et de vanille. Les pâtisseries belges et hollandaises sont en effet souvent préparées avec des épices comme en attestent les fameux speculoos. Ces habitudes ont bien évidemment agréablement influencé nos terroirs du nord...

Cette tradition témoigne bien du monopole hollandais dès le 16ème siècle sur les épices venues d'Asie grâce à la mise en en place d'une stratégie politique et économique adaptée. Ils s'imposent habilement auprès des locaux grâce à une image de commerçants tranquilles et supplantent ainsi leurs prédécesseurs européens alors en perte de vitesse. Nation de navigateurs et de négociants avec un pays naturellement tourné vers la mer, la Hollande a été l'un des premiers pays à avoir exploité à aussi grande échelle les précieuses richesses épicées de notre terre.

En créant en 1602, la Compagnie Hollandaise des Indes, ils tiennent l'Océan Indien et une partie de l'Océan Pacifique en montant des comptoirs dans les  villes côtières.
Installés en Indonésie, ils s'emparent peu à peu de toutes les îles avoisinantes pour leurs épices (cannelle, girofle, muscade surtout car plus chères et plus convoitées que les autres). Ils prennent également le Cap en Afrique du Sud pour s'assurer une emprise totale de la route maritime vers l'Europe. Ils comprennent vite l'importance de la production dans le commerce et multiplient les plantations dans toute la région. En monopolisant le marché des épices les plus rares, ils créent une véritable spéculation et s'enrichissent considérablement.

D'autre part, ils s'aliènent les politiques chinois et japonais peu regardants tant qu'on ne touche pas à leurs propres commerces. Ils pactisent également avec les arabes en leur laissant la main sur certaines épices comme la cardamome. Ils réussissent ainsi à déloger les Espagnols et les Portugais et font fuir temporairement les Anglais.

Ils arrivent (à quel prix) à maintenir leur monopole pendant près de 2 siècles!! Ils déclinent peu à peu à la fin du 18ème siècle lorsque Monsieur Poivre, un botaniste français, réussit à subtiliser des plants de muscade et de girofle et à les transférer jusqu'à l'Ile Maurice (alors Ile de France) pour en recueillir quelques années après les précieux trésors. Cette entourloupe française, la tenacité anglaise et la loi économique aidant, les hollandais durent se faire à la concurrence et à la baisse du marché...

Il n'empêche que toute cette histoire nous a permis de pouvoir aujourd'hui profiter de parfums et de saveurs délicats!

Voilà donc une recette qui nous vient du nord et qui fleure bon les îles lointaines...

Pain de kermesse aux poires

Pain_de_Kermesse_aux_Poires_2

Ingrédients

  • 200 gr de farine
  • 1 sachet de levure
  • 125 gr de sucre
  • 3 oeufs
  • 100 gr de beurre
  • 1 c.à café de vanille en poudre
  • 1 c.à café de cannelle en poudre
  • 1/2 c. à café de muscade en poudre
  • 3 poires épluchées et coupés en quartiers.

Préparation

Commencez par préchauffer le four à 200°
Dans un saladier, battez les oeufs et le sucre jusqu'à ce que la préparation devienne blanche et mousseuse.
Travaillez le beurre à la fourchette pour le ramollir. Ajoutez le aux oeufs et battez bien.
Mélangez la farine, la levure et les épices.
Ajoutez le mélange de farine à la préparation oeufs-sucre-beurre. Mélangez bien.
Beurrez et farinez un moule.
Versez la moitié de la pâte dans le moule, disposez les quartiers de poires en étoile et recouvrez du reste de pâte.
Faites cuire 45 minutes à 190°.
Lorsque le gâteau est cuit, sortez le et laissez le refroidir complètement avant de le démouler.

Pain_de_kermesse_entier

Saupoudrez éventuellement de sucre glace pour le décor.

Pain_de_Kermesse_aux_Poires_1

A déguster avec un thé, du café au goûter ou en dessert...

Pain_de_kermesse_aux_poires

Une excellente façon de faire gouter les épices aux enfants...

Pain_de_kermesse_part


Informations et suggestions

Ce gâteau est un franc succès dans ma famille depuis des années. Initié par mon père qui en a tiré la recette de son fameux livre de recettes du terroir dont je vous ai déjà parlé (ici), ma mère a désormais pris le relais avec moi... ;)
Dans la recette originale, il n'y a pas de muscade mais pourquoi y résisté? Elle se marie parfaitement avec les autres épices. Cela dit, n'en abusez pas, elle est plus piquante que les autres!
Pour donner un petit aspect croquant et délicat: avant d'enfourner, mélangez dans un petit bol une bonne cuillère à soupe de sucre de canne avec une pincée de cannelle et une pincée de muscade et saupoudrez-en le dessus du gâteau.